Planche dominotée Damier noir et blanc A3 . 1750

CLIQUER
POUR AGRANDIR

Planche dominotée Damier noir et blanc A3 . 1750

Atelier inconnu

8,33 €

Issu d'une manufacture inconnue, ce modèle de planche dominotée conservé au Musée des Arts Décoratifs de Paris représente des rinceaux, des oiseaux, des baies et des fleurs délicates, constituant un ensemble sinueux encadré d'un damier. Le modèle d'origine mesure H42,5 X L35,5cm et a été imprimé à la planche de bois gravée en une couleur (le noir). Pour redonner vie et modernité à ce beau motif du XVIIIe, nos ateliers ont procédé à une longue restauration numérique.

Motifs imprimés sur un papier vélin ivoire de 300g (rigide), au format 29,7X42 cm. Les planches sont vendues par 3, elles ne peuvent être achetées à l'unité.

Collection du Musée des Arts Décoratifs de Paris              
Crédit photographique : @MAD Paris/ Jean Tholance

         

la manufacture
la manufacture

L'atelier à l'origine de ce papier dominoté est malheureusement inconnu. Sa facture et son répertoire iconographique laissent penser qu'il s'agit d'un maître-dominotier français qui l'aurait réalisé au début des années 1750 (voir cercle "Le Détail"). Assurément, cet atelier a fait preuve d'une véritable originalité dans la création de ce modèle, en particulier dans le choix de représentation des oiseaux qui n'est pas fréquente dans les papiers dominotés.

En savoir plus Moins
date de création

1750

l'anecdote
l'anecdote

Au XVIIIe siècle, les papiers dominotés étaient le plus souvent fabriqués et vendus par des marchands-dominotiers qui commercialisaient également des papiers, estampes, cartes à jouer et calendriers. Ils étaient généralement installés à Paris dans le Quartier latin ou à proximité des universités. Les marchands-merciers (comme l'atelier Godin dont nous figurons ici la carte-adresse) faisaient aussi commerce de dominos et de papiers peints chinois qui étaient utilisés pour tapisser les murs, habiller les paravents ou, par les ébénistes, comme base de "vernis Martin", une technique mise au point par les frères Martin en 1728 et destinée à imiter la laque (de Chine et du Japon en particulier), à moindre coût, en travaillant une résine appelée copal sur un dessin.

En savoir plus Moins
les détails
les détails

Sur le papier dominoté d'origine de ce modèle "Damier" conservé au Musée des Arts Décoratifs de Paris, l'on voit très nettement les contours noirs qui encadrent le dessin (cf visuel ci-contre). Ces traits étaient imprimés au moyen d'une planche de bois gravée en relief, laquelle était appuyée sur le papier à l'aide d'une presse à vis. Par ailleurs, l'impression en noir informe sur la datation de l'oeuvre : en France, en effet, les dominos les plus anciens étaient imprimés en noir tandis que les plus récents l'étaient plutôt en bleu, rouge, voire en vert.

En savoir plus Moins